Derniers Avis

Partenariat pour la protection de l'enfance suite
Slideshow Image 5


Menu principal

Site des EPS

Ce site contient les informations relatives aux Etablissements de Protection Sociale (EPS) ainsi que des textes législatifs relatifs aux conditions d'ouverture et de gestion des EPS régies par la loi 14.05.

Liens utiles

Programme sociaux:

LES PROGRAMMES SOCIAUX DE L'ENTRAIDE

L'Entraide Nationale a élaborés des programmes sociaux variés en
fonction des besoins de la population cible dont. Les principaux
programmes sont listés ci-dessous:

Catégories de populationprogramme
Jeunes filles non scolarisées ou déscolarisées et Femmes pauvres et analphabétes Alphabétisation;Parcours d'aquisition de compétences techniques: broderie, coiffure,.... (Centres d'Education et de Formation)
Jeunes garçons déscolarisésParcours d'aquisition de compétences techniques: mécanique auto, menuiserie, soudure, informatique,..... (Centres de Formation par Apprentissage; Centres d'Initiation Professionnelle)
Jeunes scolarisésPrise en charge au sein des maisons de bienfaisances (Dar AlAtfal, Dar Talib, Dar Taliba...etc)
Population infantile de bas âge issue de milieux pauvresProgrammes et animation préscolaires (Jardins d'Enfants)
Personnes âgéesPrise en charge au sein des maisons des personnes âgées (AMB)
Personnes atteintes d'un handicap physique Contribution à la prise en charge de l'handicap et mise en place d'un parcours d'aquisition de compétences techniques au sein de complexes spécialisés (Centres et Coopératives Pour les Handicapés)

Dans le cadre de la stratégie des pouvoirs publics visant la lutte contre la pauvreté, la marginalisation et l’exclusion sociale, l’Entraide Nationale, en sa qualité de filet de sécurité au profit des populations défavorisées, s’est fixée parmi ses objectifs stratégiques, la création de nouvelles structures de formation , d’éducation, de préscolaire et d’alphabétisation au profit de cette catégorie de population, dont les autres acteurs publics agissant dans le domaine social, ne peuvent leur accorder une place dans leurs structures soit à cause de leur niveau scolaire ou à défaut de pouvoirs financiers .

Le soubassement de l’action de l’Entraide Nationale réside dans sa politique de proximité, qui a toujours constitué l’un de ses points forts par rapport aux autres acteurs publics agissant dans le domaine de la lutte contre la pauvreté.

A cet effet, l’Etablissement a tissé tout un large réseau d’institutions sociales à travers le territoire national où sont dispensées des filières de formation pouvant permettre une intégration socioéconomique des bénéficiaires après leur période de formation soit par la création de microprojets ou l’auto insertion (auto emploi ).

La femme, la jeune fille et le garçon ont toujours constitué la population cible de l’Etablissement compte tenu de leur vulnérabilité. Les données en matière de pauvreté au Maroc, militent en faveur des actions et des programmes développés par l’Entraide Nationale.

Dans les centres d’éducation et de formation, il est dispensé à la jeune fille et à la femme issues de populations défavorisées une formation dans des métiers à caractère artisanal ou moderne en plus d’un programme d’alphabétisation, de sensibilisation et d’éducation sanitaire à même de leur assurer une insertion locale .

Ainsi, ces institutions contribuent à la lutte contre le chômage, l’analphabétisme et l’exode rural, pour les centres implantés en milieu rural.

La deuxième population cible est constituée par les enfants qui bénéficient d’une attention particulière de l’Etablissement, soit à travers son programme des garderies, des centres d’accueil et des centres de formation professionnelle (initiation et apprentissage).

Les jardins d’enfants de l’Entraide Nationale ont pour objectif de permettre aux enfants issus des couches de populations défavorisées de bénéficier des conditions leur permettant une éducation préscolaire pouvant leur assurer une scolarisation normale et d’avoir accès à la scolarisation et constituent donc un moyen de généralisation de la scolarisation qui constitue l’une des actions devant mobiliser tous les opérateurs publics ou privés.

L’Entraide Nationale estime par ailleurs, que la lutte contre le fléau de l’analphabétisme, ne peut se limiter à l’alphabétisation des adultes est doit s’accompagner de l’encouragement du préscolaire comme action en amont et principalement dans les poches de pauvreté , à savoir le périurbain et le rural .

Quand à la formation professionnelle, l’Etablissement estime que le meilleur moyen de lutte contre la pauvreté, la marginalisation et l’exclusion sociale et les dérapages de tout bord, réside dans la formation des enfants déscolarisés issus des familles défavorisées et constituent un terrain de prédilection des extrémistes .

Il est à signaler que le développement de l’initiation professionnelle (enfants déscolarisés dont le niveau est inférieur à la 6ème année fondamentale), est édicté par l’absence d’opérateurs, publics ou privés, prenant en charge cette catégorie de population dont le nombre dépasse, la centaine de millier annuellement, et qui constituent une proie facile à tous les dérapages et les maux sociaux à moyen et long terme et auxquels les pouvoirs publics se doivent d’apporter des solutions.

En ce qui concerne l’apprentissage, il y-à lieu de signaler que l’Entraide Nationale a constitué, à partir de 1998, pour les pouvoirs publics, le laboratoire pour l’institution de ce nouveau mode de formation au Maroc.

Ce nouveau mode de formation, qui repose sur un partenariat avec les opérateurs économiques, a donné des résultats probants, en matière d’insertion, poussant les pouvoirs publics à promulguer la loi 12 00 portant institution de l’apprentissage .

Ladite formation constitue par ailleurs, un moyen de mise à niveau du secteur informel (petites et moyennes entreprises) par les actions de formation et de recyclage dont bénéficient les maîtres artisans et les maîtres d’apprentissage en plus des encouragements financiers qui leurs sont alloués.

Compte tenu des déficits susmentionnés, l’Entraide Nationale, s’est proposée de développer ses programmes sociaux, et principalement en milieu rural et périurbain, à hauteur d’une centaine de centres et institutions par année, et d’adapter les filières de formation aux besoins des populations et au marché de l’emploi local pour créer des bassins d’emplois locaux et lutter contre le chômage qui touchent principalement ces couches de populations.

Il est à signaler, que l’Etablissement, par soucis d’économie et vu les moyens financiers de l’Etat et les moyens qui lui sont alloués, à recourt soit à la location de petits bâtiments ou aux autorités et collectivités locales pour la création de ses nouvelles structures au lieu de grands centres dont le coût grève les finances publiques.

Toutefois, faute de budget d’investissement (avant 1995), les structures relevant de l’Etablissement se trouvaient dans une situation qui ne faisait nullement honneur aux pouvoirs publics et à l’Entraide Nationale, vu l’état de vétusté des bâtiments et du matériel bureautique et technique, et ne pouvaient, donc, pas lui permettre de remplir sa mission de formation.

Aussi, les pouvoirs publics ont décidé, à partir de 1995 d’octroyer à l’Etablissement un budget d’investissement, pour la mise à niveau de ses structures et qui constitue un moyen pour donner un cadre de travail normal aux ressources humaines qui y opèrent et aux bénéficiaires qui les fréquentent.

Les résultats quantitatifs enregistrés par les centres de l’Etablissement, et le nombre de conventions de partenariat signées avec les opérateurs publics, les ONG locales et internationales, démontrent que l’Entraide Nationale est en phase de modernisation et qu’une mutation s’est opérée en son sein lui attirant la confiance de l’ensemble des opérateurs et d’acteurs de développement social.

Toutefois, ces résultats doivent être capitalisés et renforcés par d’autres actions, en interne et par les pouvoirs publics, par l’octroi de moyens financiers adéquats visant :

  • La formation et le recyclage des ressources humaines existantes pour améliorer la qualité de la formation et développer l’ingénierie de la formation au sein de l’Etablissement et permettre l’insertion et l’intégration des bénéficiaires
  • Le recrutement de profils spécialisés pour le renforcement du management social et l’amélioration du taux d’encadrement au niveau des services extérieurs et des institutions
  • La création de nouvelles institutions dans les zones de pauvreté
  • L’équipement des institutions sociales en matériel technique adapté aux besoins de l’emploi local
  • La création de nouvelles filières de formation prisées par le marché de l’emploi
  • Le développement de la société civile et l’encouragement des ONG partenaires et des partenaires économiques (apprentissage).